Il y a 10 ans déjà ! 


Mon petit cœur a bien grandi depuis ! Toujours la même bouille, mais accompagnée des joies de l’adolescence !  (Ceux qui en ont à la maison savent ! )


Entre claquages de porte à en réveiller les morts, ponctués par des souffles à répétition vis à vis desquels j’ai d’abord pris peur, pensant à une hyperventilation chronique… et une flemme à en faire pâlir le paresseux, les petits bonheurs du quotidien sont multiples et variés ! 


Ce passage obligé, que nous parents avons laissé et enfoui loin derrière nous à 36 mètres de profondeur, nous laisse souvent démunis. 


En tant que maman solo « périmée qui comprend rien », je tente de composer au quotidien avec cet être, agacé à la simple entente du mot « bonjour » de ma part. (Ah l’amour !)


J’essaie d’instaurer un dialogue agréable, prétendant même m’intéresser au jeux vidéos (dont j’ai horreur) et autres « tigres ardents » et bestioles de mangas aux noms imprononçables.


J’emploie des mots que je ne connaissais même pas hier : « wesh t’es chelou gros ! ». Mais je dois manquer de maîtrise parce qu’à chaque fois mon fils me regarde avec pitié et me gratifie d’un de ses souffles légendaire !


Bref, l’adolescence de nos enfants nous pousse à nous réinventer et à nous adapter sans cesse. Ce qui en soit est une bonne chose !

Alors merci mon fils, nous avons encore beaucoup de belles choses à partager ensemble, je t’aime à l’infini !